Les comportements de consommation en 2017 Le transport pese plus en milieu rural, le logement en milieu urbain

Les comportements de consommation en 2017 Le transport pese plus en milieu rural, le logement en milieu urbain

Alexandra Ferret et Elvire Demoly, division Conditions de vie des familles, Insee

En 2017, les menages consomment en moyenne pour 34 000 euros de biens et services, soit autant qu’en 2011 en euros constants. Des ecarts entre familles persistent. Les 20 % de menages les plus aises depensent 2,6 fois plus que des 20 % des plus modestes. L’alimentation (hors restauration) pese toujours davantage dans le budget de ces derniers que dans celui des plus aises. Les familles monoparentales consomment nettement moins que la moyenne. Les plus ages consomment egalement moins que nos autres meme s’ils se rapprochent en moyenne. Mes menages qui resident en milieu rural consacrent une part de leur budget plus consequente au transport, tandis que le logement pese davantage en milieu urbain. Au-dela des modes de consommation « classiques », un tiers des foyers ont vendu, achete ou loue des biens ou services aupres d’autres particuliers en 2017. Cela reste parfois appele economie collaborative concerne plus frequemment nos foyers jeunes, diplomes, avec enfants.

  • Consulter
  • Documentation
  1. La consommation moyenne avec menage stagne
  2. Les familles monoparentales consomment moins que nos autres
  3. Le poids du logement au budget des menages continue d’augmenter
  4. Alimentation : les disparites entre familles modestes et aises ne se reduisent plus
  5. Le transport pese plus en milieu rural, le logement en milieu urbain
  6. Encadre 1 – Le concept de consommation dans l’enquete Budget de famille et dans les comptes nationaux
  7. Encadre 2 – Economie collaborative : un quart des menages a commerce web avec d’autres particuliers

La consommation moyenne par menage stagne

En 2017, les foyers consomment en moyenne Afin de 34 000 euros par an contre 32 200 en 2011 en euros courants, soit le aussi montant en euros constants (encadre 1). Entre 2011 et 2017, les disparites de consommation ainsi que structure des budgets ont au sein d’ l’ensemble assez peu varie. Le niveau de vie et la taille du menage seront les principaux determinants des disparites entre familles.

En 2017, les 20 % de foyers ayant nos plus hauts niveaux de vie (5 e quintile de niveau de vie) consomment 54 % En plus que J’ai moyenne ; les 20 % de foyers les plus modestes (1 er quintile de niveau de vie) consomment 40 % de moins (figure 1).

tableau Figure 1 – Ecart a J’ai moyenne des niveaux de consommation

  • Lecture : en 2017, les individus seules consomment 38 % de moins que la moyenne des familles. Par unite de consommation, leur niveau de consommation est inferieur de 5 % a la moyenne.
  • Champ : foyers ordinaires, France hors Mayotte.
  • Source : Insee, enquetes Budget de famille. Donnees recalees i  propos des comptes nationaux ; informations provisoires pour 2017.

Les familles monoparentales consomment moins que les autres

Mes familles monoparentales consomment nettement moins que des autres types de menages si des economies d’echelle liees a la composition du menage paraissent prises en compte. En effet, en 2017, un consommation par unite de consommation (UC) est inferieure de 16 % a celle de l’ensemble des menages. Cet ecart, semblable a celui observe en 2011, reflete un ecart de niveau de vie. Dans les faits, 44 % des menages font partie des plus modestes (1 er quintile de niveau de vie par UC), contre 9 % des couples sans enfant.

I  l’occasion des quatre dernieres decennies, a niveau de revenu, taille du menage et generation donnes, la consommation croit avec l’age jusqu’a 45-49 annees, demeure elevee jusqu’a 65 annees, puis connait une chute [Herpin et Jacques, 2012]. En 2017, le niveau de consommation des plus ages est inferieur a celui de l’ensemble des foyers, mais s’en rapproche. Mes menages dont le webmaster de reference reste agee de 65 annees ou plus consomment 7 % de moins que la moyenne en 2017 (par unite de consommation), contre 9 % en 2011.

Le niveau moyen de consommation n’est pas le aussi concernant tout le territoire. En 2017, nos menages residant dans l’agglomeration parisienne consomment 16 % Sans compter que que la moyenne (18 % en raisonnant avec UC), tandis que les familles d’autres types d’unites urbaines ont une consommation proche d’la moyenne. Notre difference de niveau de vie explique en partie votre ecart : 32 % des menages de l’agglomeration parisienne font part des menages des plus aises (5 e quintile de niveau de life), contre moins de 20 % au sein des autres unites urbaines et 15 % en milieu rural.

Le poids du logement au budget des menages continue d’augmenter

Etre locataire ou non (proprietaire de sa residence, usufruitier ou loge gratuitement) joue tout particulierement sur l’architecture du budget (figure 2). En 2017, hors loyers imputes, des depenses de consommation relatives au logement representent 25 % dans le budget possible des locataires, soit 17 points En plus que dans celui des non-locataires. Ces depenses incluent les charges et le chauffage, mais pas nos remboursements d’emprunts Afin de l’acquisition de une residence, qui constituent de l’epargne (encadre 1).

tableau Figure 2a – Consommation des proprietaires et locataires suivant le niveau de vie

  • Note : les usufruitiers et loges gratuits paraissent classes parmi les proprietaires. En 2017, 66 % des familles du 1 er quintile de niveau de vie paraissent locataires ; contre 21 % des menages du 5 e quintile de niveau de vie.
  • Lecture : en 2017, Afin de les familles locataires du 1 er quintile de niveau de vie, le logement represente 25 % d’une consommation, soit 4 910 euros en https://datingmentor.org/fr/mylol-review/ moyenne via menage.
  • Champ : familles ordinaires, France hors Mayotte.
  • Source : Insee, enquete Budget de famille 2017 ; donnees provisoires, recalees sur les comptes nationaux.

tableau Figure 2b – Consommation des proprietaires et locataires selon le niveau de vie

  • Note : les usufruitiers et loges gratuits sont classes parmi des gens. En 2017, 66 % des foyers du 1 er quintile de niveau de vie seront locataires ; contre 21 % des menages du 5 e quintile de niveau de vie.
  • Lecture : en 2017, Afin de nos familles locataires du 1 er quintile de niveau de vie, le logement represente 25 % d’une consommation, soit 4 910 euros en moyenne par menage.
  • Champ : menages ordinaires, France hors Mayotte.
  • Source : Insee, enquete Budget de famille 2017 ; donnees provisoires, recalees sur les comptes nationaux.

Depuis environ trente ans, le gabarit des depenses de logement dans le budget des menages s’accroit, notamment pour des locataires. Entre 2011 et 2017, le poids du logement a augmente concernant l’ensemble des menages (figure 3), et particulierement Afin de des menages locataires (+ 1 point). Pour nos locataires, i§a provient en majeure part d’la hausse Plusieurs loyers, mais egalement d’une legere augmentation des depenses en electricite, gaz, et autres combustibles.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Shopping Cart